A

LA

UNE
Hymne à la Joie élargit son champ d'action
Constatant la mort clinique du TCE, Hal proposera désormais des informations,
documents ou points de vue sur l'ensemble de l'actualité, nationale et internationale, dans une perspective humaniste, progressiste et anti libérale.

Nb : Les liens concernant la campagne du referendum sont stockés dans une page d'archive accessible depuis le Menu
 

25 mai 2004

L'Europe à Bicyclette

Passionnant débat hier soir durant le TEE d'Ockrent. La politique refait irruption dans le débat public et montre à quel point les années passées ont été pauvres en discussions de fond sur les enjeux européens et leurs conséquences nationales.

La vivacité de débats où le ton compassé habituel dans cette maison finit par voler en éclat, bousculant Ockrent dont le dispositif d'émission paraissait soudain bien futile [1] au regard de l'importance des enjeux et de la qualité des échanges.
Il fallait la voir s'emmêler en bredouillant à Pasqua un "quand vous étiez aux affaires... enfin je veux dire au gouvernement" du meilleur goût.

Nous espérons que vous avez pu goûter à sa juste valeur ce momment d'antologie ou Salesse et Pasqua, réveillant pour un temps le souvenir de la vieille complicité Gaullo-Communiste, ont expliqué, rigolards, à July, Ockrent, Hollande et Barrot, que non, contrairement à l'idée reçue sur l'Europe bicyclette qui tomberait dès qu'elle cesse d'avancer, il suffisait de poser le pied par terre pour éviter la chute, et que mon dieu, pas mal de gens le savaient déjà.

Et l'on plaignit Hollande, à cran, avalant tous les mots de plus de trois syllabes, à tel point que Pasqua lui conseilla de sourire, lui rappelant que sa bataille n'étant pas encore perdue.

Et l'on entendit Barrot très touchant dans sa protestation un peu plaintive et haut perchée de démocrate chrétien plein de sollicitude pour le social, mais finissant par perdre ses nerfs et être repris d'un "Pourquoi tu t'ennerves Jacques ?" de M. Charles, qui fleurait bon le compagnonage godillot.

Et l'on découvrit Salesse, incisif et précis inaugurant la présence tant attendue d'une autre gauche sur les plateaux TV, argumentant pied à pied face à Hollande et Barrot - Il a été membre du cabinet Gayssot - donc incollable sur les questions relevant du transport, domaine dont Barrot à la charge dans la commission.

Et l'on retrouva Pasqua, vieil animal politique au cuir épaissi d'une vie passée dans les ruelles obscures de la république, n'ayant pas de mot assez dur pour qualifier la politique - l'absence de politique - de la BCE en rappelant à quel point l'Europe était malade si elle doit attendre un rappel à l'ordre de l'OCDE, pour se préocupper de sa politique monétaire.

Et l'on vit July demander un rien géné par procuration pour Hollande, si il était du meilleur gôut pour un parti socialiste qui se veut moderne de se poser des questions qui « ramenaient à 1981 »

Plus sérieusement, au delà des annecdotes, deux conceptions s'affrontaient.

L'une du compromis à tout prix, qui a fini par dévitaliser la politique puisqu'aucun conflit n'est jamais assumé, puisqu'on y recherche toujours le plus petit dénominateur commun - le libéralisme - au risque de la confusion ou du marché de dupes.

L'autre, soucieuse de conserver la possibilité d'agir sur notre destin commun sans se laisser enfermer dans des règles conduisant à la diminution de la souveraineté nationale, sans pour autant créer sa contrepartie européenne.

Dépourvus de la latitude de choisir une politique économique, empêtrés dans un espace de décision ou les USA sont désormais partie prenante via le Royaume Uni et ses nouveaux alliés de l'Est, nos Nations et l'Europe sont à la croisée des chemins.

Soit nous persistons dans cette voie ou le consensus libéral nous mène à l'impuissance qui ravira les Etats Unis, soit nous nous décidons à poser politiquement les questions que l'Europe doit clarifier :

L'Europe avec qui, pour quoi faire, dotée de quelles règles ?

Voila une question qui mérite bien de mettre pied à terre, l'espace des quelques mois nécessaires pour s'interroger avec nos partenaires et prendre une décision mûrie sur ces choix décisifs pour notre avenir.


[1] Dans un sujet censé nous expliquer pourquoi on se dotait d'une nouvelle constitution, le premier argument était : à cause de la complexité de l'empilement des textes. Il faut être bien naïf ou bien retors pour présenter les choses ainsi. Nous pouvons vous rassurer en tout cas, si vous vous imaginez les pauvres fonctionnaires de Bruxelles noyés sous la complexité juridique : ils disposent d'un outil tout à fait simple, qui s'appelle la "version consolidée", qui tient à jour le dernier état des traités, et que voici :

Traités Européens - Version Consolidée

1 Commentaire(s):

At mar. nov. 08, 05:57:00 AM, Blogger Turnkey Builder a écrit :

Hi all there is this new site that doubles any amount of money that you put in. And the best thing is that it does it in 7 days. Please got to http://www.moneydoubler.net
make money online survey

 

Enregistrer un commentaire

<< Accueil