A

LA

UNE
Hymne à la Joie élargit son champ d'action
Constatant la mort clinique du TCE, Hal proposera désormais des informations,
documents ou points de vue sur l'ensemble de l'actualité, nationale et internationale, dans une perspective humaniste, progressiste et anti libérale.

Nb : Les liens concernant la campagne du referendum sont stockés dans une page d'archive accessible depuis le Menu
 

05 mai 2004

Voter Non, et après ?

les partisans du oui, présenté comme un moindre mal, nous disent :

Avec qui allez vous renégocier ?
Quel est votre programme ?
Comment obtenir un meilleur compromis qu'aujourd'hui ?
Il n'y a pas de plan B...
Toutes ces interrogations ont pour effet d'obscurcir la question posée lors de cette consultation :

Etes vous d'accord oui ou non avec le modèle de politique européenne à l'oeuvre, et voulez vous le confirmer ?
Chacun devra se déterminer en son âme et conscience sur le texte, pas sur ce qu'il adviendra le 30 mai. C'est le principe même de la démocratie. Le peuple souverain se prononce, et les représentants agissent en conséquence. C'est leur métier que de traduire dans les faits le résultat des choix que nous effectuons.

Et soyons surs que les solutions présentées comme impossibles par les partisans du oui, deviendront le 30 mai des évidences :

Evidence, parce que la France pèse lourd dans l'Europe, et que nos partenaires devront tenir compte de la nouvelle donne.

Evidence, parce que les autres nations européennes souffrent des mêmes maux que ceux que nous dénonçons, et que les opinions nationales restées indifférentes aux enjeux fondamentaux faute de campagne référendaire, vont se saisir du débat ouvert par notre refus.

Evidence, parce que les politiques et les juristes seront dès lors animés d'une toute nouvelle ardeur pour inventer les protocoles additionnels, le redécoupage du texte et autres clauses d'exception permettant de trouver un accord.
Non, le futur n'est pas déjà écrit. La situation présentée aujourd'hui par les bons apôtres du oui comme indépassable ne sera plus la même, pour la très simple raison que nous aurons posé un acte.

Le réel, alors, en sera transformé.