A

LA

UNE
Hymne à la Joie élargit son champ d'action
Constatant la mort clinique du TCE, Hal proposera désormais des informations,
documents ou points de vue sur l'ensemble de l'actualité, nationale et internationale, dans une perspective humaniste, progressiste et anti libérale.

Nb : Les liens concernant la campagne du referendum sont stockés dans une page d'archive accessible depuis le Menu
 

03 juin 2004

Mission Accomplie

Le Non Néerlandais a porté le coup fatal au traité, même si aucun responsable n'a osé, jusqu'à maintenant, prononcer l'acte de décès.

Sur les raisons du refus massif exprimé par la France et les Pays-Bas, les analystes continuent de diverger. Pour les uns, le Non traduit un réflexe frileux et passéiste, porté par une coalition hétéroclite d'antilibéraux et de souverainistes. Pour les autres, il exprime une révolte des peuples contre une machinerie Bruxelloise distante, bureaucratique, et peu soucieuse de leur bien-être.

Quelle que soit l'interprétation proposée, le divorce entre les peuples et leurs représentations parlementaires - nationales ou à Bruxelles - révèle une crise sérieuse des démocraties européennes.

La diabolisation des électeurs, taxés de xénophobie, stigmatisés par le qualificatif infamant de populisme, rassure peut-être ceux qui ont été pris à contre pied par le scrutin, mais évite de se poser les questions de fond.

La construction européenne n'est pas remise en cause par les voix entendues cette semaine. Chacun est conscient que nos nations ont besoin de s'unir pour atteindre la taille critique qui seule permet de dialoguer d'égal à égal avec les autres puissances.

Mais les questions posées sont incontournables. En Hollande comme ici, les refus portent sur :

-Un élargissement qui ressemble à une fuite en avant, qui dissout petit à petit le projet initial dans un vaste ensemble laisser-fairiste, dont l'hétérogénéité paralysera la capacité à définir un intérêt et donc une politique commune.

-Une politique économique issue de think-tanks néolibéraux, pour lesquels le bien-être des peuples est quantité négligeable, tout préoccupés qu'ils sont à mettre en oeuvre une approche financiariste des économies, au détriment des producteurs, entrepreneurs ou salariés, désormais soumis à la règle d'airain du retour sur investissement à deux chiffres attendus par le nouveau pouvoir suprême : l'actionnaire.

-Une Europe confisquée par une caste technocratique, fascinée par son mécano grandiose, qui prétend faire le bien des peuples sans eux.

A cet égard, l'aventure du TCE est presque caricaturale. Créée lors du sommet de Laeken, la Convention avait pour mission de réfléchir aux moyens de réduire le «déficit démocratique» de l'Union, et de la «rapprocher de ses citoyens». Effectivement la réappropriation par les peuples du débat européen à laquelle nous assistons remplit cet objectif, et même au delà de toute espérance.

Par une ruse dont l'histoire est coutumière, le résultat est bien : Mission accomplie.

2 Commentaire(s):

At lun. juin 06, 03:07:00 PM, Blogger thebeathunters a écrit :

hello
mission accomplie certes pour son premier échelon de difficultés mais la montagne a soudain l'air encore plus énorme...
on a l'impression que la vente continue et la critique molle envers ce triste "nouveau" gouvernement est consternante. dommage de ne pas avoir un véritable projet de gauche à ce moment préçis, la pression aurait peut être pu changer les choses. la crise du PS est affligeante et parle elle même de son illégitimité. et quelles sont les réactions de nos chers députés européens ouistes? quelqu'un leur a t'il donné la parole?

 
At lun. juin 06, 03:48:00 PM, Blogger Philippe Barbrel a écrit :

Salut tbh

je suis assez atterré par l'absence de réactions. On pourrait dire que tout le monde paye la facture. Le PS paye de ne pas avoir compris ce qui allait se jouer, et nous, nous payons l'absence du PS qui en résulte.

Mais cela dit, on peut comprendre le profil bas des Emmanuelli, Melenchon, Fabius et autres. Continuer à parler à leur compte les ménerait directement à la porte, et fracturerait le parti.

Cela dit les rumeurs font état de toutes sortes de réunions informelles. Peu-être en sortira-t-il qlq chose ? Sinon, on pourrait tjrs fonder une orga à deux, mais je t'avoue que j'hésite un peu..


D'accord avec toi sur la presse qui ne fait pas son boulot, mais ça, comment dire.. on a l'habitude, non ?

Dernier point. tu veux devenir rédacteur ? pour moi ça serait avec plaisir, à toi de voir...

 

Enregistrer un commentaire

<< Accueil