A

LA

UNE
Hymne à la Joie élargit son champ d'action
Constatant la mort clinique du TCE, Hal proposera désormais des informations,
documents ou points de vue sur l'ensemble de l'actualité, nationale et internationale, dans une perspective humaniste, progressiste et anti libérale.

Nb : Les liens concernant la campagne du referendum sont stockés dans une page d'archive accessible depuis le Menu
 

15 avril 2005

Mots Croisés - Moscovici

Il y avait quelque chose de pathétique dans l'argumentaire de Moscovici en direction de Besancenot et d'Autain :

Je pense que les parties I et II du traité sont une avancée et comme vous, que la partie III est mauvaise, mais que voulez vous, elle est déjà en vigueur, voter non n'y changera rien...

En d'autre terme, la direction libérale prise par l'Europe est néfaste, mais il faut la constitutionnaliser parce que sinon nous ne bénéficierons pas d'une charte somme toute assez creuse (Partie II) et que les règles peu sastisfaisantes du traité de Nice seront prorogées (Constitution ou pas elles s'appliqueront jusqu'en 2009).

Et bien, non ! désolé...J'ai voté oui en 92, même si je n'étais pas d'accord sur tout, parce que l'Euro était la première concrétisation d'une Europe puissance, et qu'elle nous a protégé des spéculations.
Mais treize en plus tard, ce référendum n'est pas seulement l'occasion de rajouter quelques déclarations d'intentions à la montagne de textes qui nous régit, mais la dernière occasion de se prononcer sur l'Europe que nos dirigeants ont construit.

La dangerosité de l'époque, l'aggressivité américaine se mettant en posture de contrôler la prochaine pénurie de pétrole, la montée en puissance de l'Asie, tout concourre à renforcer la nécessité d'une Europe puissance.

Or la politique européenne, uniquement animée par un économisme à court terme, va à l'inverse de cet objectif :

->L'Elargissement
A l'Est, (enjeu déterminant mais évidemment effectué sans consultation populaire...) l'élargissement est un résultat de cette tendance. Ces pays abandonnés, sinon trahis (la pologne) par les démocraties en 1939, sont désormais des clients de l'empire US (la pologne s'est empressée d'acheter des avions US F16), pour qui l'UE n'a aucun autre intérêt que marchand. Ne parlons pas de la Turquie, pays fort respectable au demeurant, mais dont l'"identité européenne" est une vaste fumisterie si on considère l'UE autrement qu'en espace de libre échange.

->La défaisance des pouvoirs de l'Etat régulateur, émanation de la volonté collective.
Les partisans du oui, nous disent que le marché concurrentiel était déjà présent dans le traité de Rome en 1957. Certes, mais à l'époque il s'agissait de se protéger de monopoles ou de cartels. Aujourd'hui la même référence signifie la mise hors la loi des régulations, protections, biens et services gratuits. C'est à dire tout ce qui donne consistance au contrat social.Un exemple minuscule mais révélateur : Faut-il rappeler que la France a été en infraction avec l'UE en pratiquant le prêt gratuit dans les bibliothèques ?

->L'absence de pouvoir économique
Alors libérale ou ultra-libérale l'Europe ? Juste une comparaison, avec les USA pas réputés pour être excessivement Keynésiens, ces temps-ci. Greenspan, président de la Banque Fédérale Américaine, rend des comptes au gouvernement et mène une politique de régulation des cyles économiques dont toute la presse spécialisée salue la finesse, jusqu'à le qualifier de "sorcier". Bush laisse filer un déficit vertigineux, qui fait vivre les USA à crédit. Le pentagone lance des commandes ou des programmes faramineux qui doppent l'économie US.

Et nous ?
La banque centrale reste inerte devant la dévaluation compétitive de fait du Dollar, auquelle nous assistons actuellement. Normal, elle ne reçoit de directives de personne et sont seul objectif est la stabilité des prix.
Le déficit comme outil de relance économique ? Interdit par Maastricht.
Les programmes de soutien à nos champions industriels ? Interdits au nom de la concurrence non faussée.

Ainsi l'UE se prive sciemment d'instruments aussi fondamentaux que la gestion de la monaie, des taux, du déficit et des "Grands Travaux" et se condamne à n'être qu'une extension d'un marché dont les USA fixent les règles.

En résumé, bienvenue dans une Europe hétérogène en expansion perpétuelle, démolissant la solidarité sociale, et privée des outils de pouvoir.

1 Commentaire(s):

At ven. avr. 29, 10:00:00 PM, Anonymous Anonyme a écrit :

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

 

Enregistrer un commentaire

<< Accueil