A

LA

UNE
Hymne à la Joie élargit son champ d'action
Constatant la mort clinique du TCE, Hal proposera désormais des informations,
documents ou points de vue sur l'ensemble de l'actualité, nationale et internationale, dans une perspective humaniste, progressiste et anti libérale.

Nb : Les liens concernant la campagne du referendum sont stockés dans une page d'archive accessible depuis le Menu
 

10 mai 2005

Revue de Web - 10 Mai

« Oui-Non : tout est possible » titre le Nouvel Obs, en commentant les trois sondages publiés lundi : Ipsos, pour qui le "non" remonte de trois points, à 50-50 avec le "oui"; CSA et Sofres, pour qui le "oui" reste majoritaire (stable) à 51% et 52%. Les français sont a 41% favorables à la victoire du oui, contre 40 % qui y sont opposés. Mais seuls 26 % pronostiquent la victoire du Non, contre 47 % celle du Oui.
Pourtant 54% considèrent qu'avec la Constitution européenne les conditions de vie des gens vont se détériorer. Lire...

Le Figaro, commentant les mêmes résultats, cite Pierre Giacometti, directeur général d'Ipsos, pour lequel la remontée du non : «n'a jamais été observé dans l'histoire des enquêtes pré-électorales en France», ce qui révèle «l'extraordinaire instabilité de la structuration des choix »

Le figaro insiste par ailleurs sur la force des arguments du Non : «
Plusieurs éléments militent en faveur du non : une forte majorité des sondés continuent de penser que leurs conditions de vie vont se détériorer du fait de la Constitution. Même les électeurs UMP et UDF, pourtant partisans du oui, sont majoritairement de cet avis. Une majorité – en augmentation – estime que ce sont les partisans du non qui développent les arguments les plus proches de leurs préoccupations. Et c'est encore une majorité – même si l'écart se resserre – qui trouve ces arguments plus clairs et plus crédibles. Enfin, ceux qui pensent qu'une victoire du non n'affaiblirait pas la position de la France en Europe sont devenus majoritaires » . Lire...

Dans l'Humanité, Jacques Nikonoff Président d’ATTAC estime que « le scénario catastrophe est celui de la victoire du oui ! » Selon lui : « À l’échelle européenne le chômage restera bloqué aux alentours de 10 %, et ceci de manière illimitée comme c’est le cas depuis 20 ans. Les services publics continueront à être démantelés. L’allongement de la durée de cotisation pour les retraites se poursuivra avec la mise en place de fonds de pension. L’assurance-maladie et l’éducation basculeront progressivement vers le privé. La directive sur le temps de travail s’appliquera, repoussant la durée hebdomadaire du travail à soixante-cinq heures « Lire...