A

LA

UNE
Hymne à la Joie élargit son champ d'action
Constatant la mort clinique du TCE, Hal proposera désormais des informations,
documents ou points de vue sur l'ensemble de l'actualité, nationale et internationale, dans une perspective humaniste, progressiste et anti libérale.

Nb : Les liens concernant la campagne du referendum sont stockés dans une page d'archive accessible depuis le Menu
 

12 mai 2005

Revue de Web 12 Mai

Jacques Delors n'est décidemment pas à une embardée près. Après avoir clamé « Ils vous Mentent » en une de L'Obs, et déclaré « Si la Constitution est rejetée, nous resterons avec le traité de Nice et une Europe plus libérale que celle de la Constitution » , il revient sur ses propos aujourd'hui dans Le Monde et affirme maintenant que le plan B existe bien « Le devoir de vérité impose de dire qu'il peut y avoir un plan B mais il faut expliquer l'extrême difficulté du problème »
Il est Rejoint sur ce point par Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel à Montpellier-I, qui dans l'Humanité juge que « Le discours sur l’impossibilité de la renégociation relève du mensonge »


Toujours dans l'Humanité, Bernard Pierre Donnadieu dans une Lettre à Monsieur Jacques Chirac, président de la République s'indigne de l'état de l'audiovisuel public, et proteste « Comment pouvez-vous demander au Français de dire « oui » au texte de la constitution européenne, si la plupart d’entre eux ont comme moi de sérieuses raisons d’être mécontents ? Ils ne veulent pas d’une Europe qui ressemble à la France actuelle, abusée, appauvrie, démembrée, désarticulée, divisée, désunie, de moins en moins démocratique, malade parce qu’on privilégie la répression à l’expression, les finances au travail, le fric à la vie. »

Jean-Maurice Dehousse, ex-vice-président du groupe socialiste au Parlement européen, s'apprête quand à lui a « déboucher le champagne » en cas de victoire du Non. Membre de la première convention - qui a rédigé la Charte des droits - il explique « j’ai refusé de participer au consensus parce que, le refus de reconnaître le droit à la Sécurité sociale, qui figure en toutes lettres dans le pacte de New York, qui a été accepté par tous les gouvernements et ratifié par tous les Parlements de tous les États membres, ça m’a mis la puce à l’oreille. Quand on écarte des droits si élémentaires et banals, cela veut dire que l’on se heurte aux influences néo-libérales. » Lire...

Jean-Luc Cazettes, Secrétaire de la Confédération Française de l'encadrement CGC/CFE déclarait ce midi sur France Culture (Audio Real Player) qu'a titre personnel il votera Non. Il développe son point de vue dans un Edito de la Lettre Confédérale : ou il constate que « La construction européenne est en train de crouler sous la pression des marchés et de l’idéologie libérale » (....) «Les salariés français vont perdre sur tous les tableaux. Par la conjonction de la clause du pays d’origine pour les salariés européens venant travailler en France et par la clause du pays d’accueil pour les Français délocalisés en Europe. Est-ce qu’il y a une prédestination ou une malédiction qui condamnerait les Français à être les victimes permanentes et systématiques de l’élargissement de l’Europe ? »