A

LA

UNE
Hymne à la Joie élargit son champ d'action
Constatant la mort clinique du TCE, Hal proposera désormais des informations,
documents ou points de vue sur l'ensemble de l'actualité, nationale et internationale, dans une perspective humaniste, progressiste et anti libérale.

Nb : Les liens concernant la campagne du referendum sont stockés dans une page d'archive accessible depuis le Menu
 

09 mai 2005

Revue de Web - 9 Mai

The Times (GB) visite Maastricht et décrit les incertitudes des Hollandais à l'approche du referendum : " According to the latest opinion poll, 52% intend to vote “nee” to the constitution " et décrit les raisons du "Nee" : "inhabitants rail about maladministration in the Brussels bureaucracy, big price rises since the introduction of the euro, and about the possibility of European enlargement stretching to Turkey". Lire l'Article


Pour Jean Paul Fitoussi Président de l’OFCE, la raison du Non français est le chômage de masse : "les Français débattent par procuration pour les autres citoyens européens dont le pays est caractérisé par un chômage élevé". Il s'inquiète des conséquences de la situation de "près d'un quart de la population active française" sur la cohésion sociale "Nous savons pourtant, pour l'avoir douloureusement appris lors d'épisodes historiques de sinistre mémoire, que le chômage est le mal le plus périlleux qu'une société puisse affronter en temps de paix"
"Nos pays ont associé leur destin dans l'Union européenne pour mieux résoudre leurs problèmes, pas pour être renvoyés à leurs difficultés nationales, car ils ont compris l'étroite imbrication entre politiques européennes et nationales. La promesse essentielle que les citoyens associent aujourd'hui à la construction européenne n'est plus la paix, c'est la prospérité" conclut-il. Lire l'Article

The Baltic Times donne un éclairage inattendu sur le Mieux Disant démocratique en Europe, en révèlant que 40% des Estoniens n'ont jamais entendu parler de la Constitution. Lire l'Article

The Economist fait un tour des capitales de l'Europe de l'Est et s'interroge sur les conséquences du Non pour les nouveaux entrants et leur allié Britannique : "The Union would become a much less friendly place for the new members, which tend to share Britain's taste for market liberalisation, tax competition, subsidiarity and Atlanticism, and look to it as a guarantor of those things ". Le président de la Roumanie, dont l'entrée est prévue pour 2007 est présenté par the Economist comme voulant surpasser (outdo) tous les autres membres dans l'atlantisme : "Traian Basescu, elected in December, has said that his priority is to work closely with Washington and London, a formula which pointedly omits Paris and Brussels. Last week he said that Romania favoured a state with minimal involvement in the economy" Lire l'article de The Economist ou sa reprise par Sofia News Agency

Gerard Filoche décrit dans Démocratie et Socialisme la montée du Non en Europe : Le « non » a progressé aux Pays-Bas jusqu’à 58,5 %. Il vient de progresser en Pologne de 36 % à 44 % des voix. Il monte majoritairement au Danemark. La Suède est traversée vent debout par le débat sur Bolkestein et les salaires des ouvriers du bâtiment letton au point que le plus grand syndicat menace de revoir sa position sur la constitution. Oskar Lafontaine, dirigeant respecté du Spd, très écouté des syndicats allemands, tout comme Georges Dubunne, dirigeant syndical belge de la Fgtb, fondateur président de la Ces, défendent le « non ». Les grecs sont secoués par une crise sociale, 200 000 manifestants réclamant un referendum et clamant : « le non Francais est notre non »Lire l'Article