A

LA

UNE
Hymne à la Joie élargit son champ d'action
Constatant la mort clinique du TCE, Hal proposera désormais des informations,
documents ou points de vue sur l'ensemble de l'actualité, nationale et internationale, dans une perspective humaniste, progressiste et anti libérale.

Nb : Les liens concernant la campagne du referendum sont stockés dans une page d'archive accessible depuis le Menu
 

17 mai 2005

Revue de Web J -12

Thierry de la Housseraye, se présente (*) comme un jeune diplômé de H.E.C titulaire également d'un D.E.A de Philisophie, recruté par le Club libéral de Raffarin nommé « Dialogue & Initiative » . Partisan convaincu du Oui, il a alors été «engagé de plain-pied dans la campagne référendaire» nous dit-il, jusqu'au jour ou il a constaté «que ceux-là même qui proclamaient haut et fort leur attachement au projet de Constitution n’hésitaient pas, dans le même temps, à reconnaître la supériorité théorique des arguments du Non… sans en tirer pour eux-mêmes de conséquences».
M. de la Houssaye a choisi, lui, d'en tirer les conséquences. Il nous décrit aujourd'hui son parcours de dissident et nous donne son «inventaire d'arguments inédits en faveur du Non» , ou l'on peut lire :
Cette Constitution est anti-européenne : elle normalise un libre-échange interne identique entre les Etats-membres à celui de l’ensemble des Etats-membres avec le reste du monde et qui tend à (....) la dissoudre à vitesse accélérée pour le seul profit de détenteurs de capitaux d'origine et de destination indifférente .
(*) 1- Message Personnel à Citoyen européen : Merci ! 2- j'écris «se présente» parce que, rien à l'heure actuelle ne permet de savoit si T.H. existe, ou si nous avons affaire à un canular

Baudrillard, virtuose du concept mirobolant, célèbre entre autre pour avoir annoncé que «La Guerre du Golfe n'aura pas lieu», puis benoitement constaté que que «La Guerre du Golfe n'a pas eu lieu», nous livre aujourd'hui sa vision du processus de «oui-trification» et d'une «abréaction immédiate à la pensée unique» que nous aurons sans doute du mal à placer lors d'un diner en ville, ce soir.

53%, c'est la dernière estimation du Non selon un sondage de l'institut Sofres, qui selon le Nouvel Obs «galvanise les partisans du Non»