A

LA

UNE
Hymne à la Joie élargit son champ d'action
Constatant la mort clinique du TCE, Hal proposera désormais des informations,
documents ou points de vue sur l'ensemble de l'actualité, nationale et internationale, dans une perspective humaniste, progressiste et anti libérale.

Nb : Les liens concernant la campagne du referendum sont stockés dans une page d'archive accessible depuis le Menu
 

27 juin 2005

Elysée... Nous avons un problème

Laurent Mauduit publie dans Le Monde un constat sans appel sur l'état de la Nation.
Les chiffres de la note de conjoncture de l'Insee sont là, impitoyables.

Croissance : 1.5%.
Commerce Extèrieur : entre 2001 et 2004, la part de marché de la France dans le commerce mondial est tombée de 8 % à 7,3 %.
Emploi : baisse de ­ 34 000 en 2004, après ­ 25 000 en 2003.
Chômage : 9 % en 2002, 9,7 % en 2003 et 10 % en 2004. Fin 2005, il pourrait encore atteindre 9,8 %.
Impots : prélèvements obligatoires de 43,4 % du produit intérieur brut (PIB), soit une hausse de 0,3 point.
Dette : de 58 % du PIB en 2002, 62,8 % fin 2003, puis 64,7 % en 2004
Sécurité Sociale : 11,6 milliards d'euros de déficit fin 2005.

Il n'y a pas une statistique pour rattraper l'autre, conclut Mauduit.
Mais, poursuit-il, «malgré l'étroitesse des marge de manoeuvre et les aléas de la conjoncture, un gouvernement peut toujours, quand il fait preuve de ténacité, revendiquer au moins un succès économique».
Et de citer les prédécesseurs :

Bérégovoy : le commerce extérieur avait enregistré un spectaculaire redressement.
Balladur : la politique économique, qu'on y adhère ou non, était lisible et a produit les effets escomptés.
Jospin : les statisticiens s'accordent à penser que sur la période 1998-2002, les 35 Heures ont contribué à créer quelque 350 000 emplois.

Où a été la ténacité ? conclut-il. «Un jour, la priorité affichée a été celle de la baisse des impôts ; puis il n'en a plus été question. Le lendemain, c'est la libéralisation de l'économie qui est devenue l'urgence ; avant que ce ne soit la réduction de la fracture sociale. Bref, d'une volte-face à l'autre, la France a connu une politique économique schizophrénique, et l'Insee en apporte aujourd'hui la mesure»

Elysée... Y'a du boulot.

Lire l'article